Infesté ou non

Il serait illusoire de croire qu'aucune ruche n'est atteinte. Si elle ne l'est pas, elle le sera un jour. 

Différents moyens permettent de vérifier l'état sanitaire concernant le Varroa.

En premier lieu bien sur, l'observation directe. Elle se fait simplement à l'oeil nu ou à l'aide d'une loupe. Elle permet de déterminer la présence ou non du parasite, mais elle ne permet pas de donner une intensité à l'infestation ni de déterminer les conséquences, sauf si la ruche est déjà faible.

Ensuite des technique de comptage existent pour voir le degré d'infestation et le traitement adéquat à apporter.

Le comptage dans le couvain se pratique parfois. Il s'effectue dans le couvain mâle, et donc souvent au printemps.

D'autres techniques de comptage sont assez fastidieuse demandant le prélèvement d'un certain nombre d'abeille qui sont  souvent sacrifiées dans un bain d'alcool où les parasites se détachent du corps de l'abeille permettant ainsi le comptage. (http://www.apiservices.com/rfa/articles/comptage_varroas.htm)

 

D'autres techniques utilisent le sucre glace et le secouage, du coup les varroa se dégage de l'abeille et l'on peut alors faire le comptage.

Ensuite, la technique la plus utilisée par le simple apiculteur est la mise en place d'une plaque blanche huilée sur le fond de la ruche. Les varroa qui se détache de l'abeilles y tombent et y restent collés, le comptage se fait souvent de cette manière au moment des traitements afin de vérifer leur efficacité.

 

La littérature apicole indique : 5 % de varroas pas de danger immédiat ; entre 5 et 10 % la colonie est sérieusement atteinte, faire un traitement qui peut être différé ; entre 10 et 20 % la colonie est très sérieusement atteinte, faire un traitement immédiat ; plus de 20 % effondrement probable de la colonie dans les quelques jours à quelques semaines suivantes.

 

 

Date de dernière mise à jour : 31/08/2015

Ajouter un commentaire